MADE IN SEPTEMBRE

Mise en train

 

En 2015, le premier festival Lamartine à la plage est lancé. Comme les normes de sécurité de « l’ancienne friche » n’autorisent pas à ouvrir les portes des ateliers, c’est à l’extérieur, dans les rues et sur les terrains de foot, que les équipes du collectif choisissent de créer un espace de rencontre avec les publics.

Après trois éditions joyeusement menées, cette dynamique collective ne peut pas être renouvelée en 2018, mais « ce n’est que partie remise ! » se disent-ils, reportant leurs envies de créer ensemble à l’année suivante, dans les nouvelles friches.

Finalement l’été 2019 arrive rapidement, synonyme de déménagement pour tous les Lamartinien.ne.s. On ne compte plus les chargements et les déchargements, les trajets entre les rues Lamartine, Saint-Victorien, Pionchon et Tissot. Une friche se vide, les autres s’animent.

Et malgré les péripéties du relogement, les travaux encore à réaliser, pour insonoriser les studios de musique, équiper la salle ERP, et agencer les sites, la dynamique collective est toujours là. Autour d’un projet commun, celui d’exposer « en résonance » à la Biennale d’art contemporain de Lyon, les équipes artistiques se retrouvent et créent ensemble un cycle d’expositions présenté à la Villa Pionchon, l’un des trois nouveaux sites de la friche. De septembre à décembre, et à l’image de la friche et de sa pluridisciplinarité, quatre expositions collectives vont questionner la notion de « paysages ».

Depuis quelques mois, nous préparons donc cette rentrée. «Chaosmogonie », c’est le nom de la première exposition et de la première occasion pour nous de vous inviter dans nos nouveaux locaux, pour le vernissage mardi 17 septembre à 18h30.

Notre friche n’est pas encore celle qu’elle sera, les espaces communs ne sont pas encore accueillants, colorés et chaleureux comme on le voudrait, et les énergies sont pleinement dévouées aux divers chantiers de construction et d’aménagement. Mais nous avons hâte de vous présenter notre nouvel abri autour d’un verre, d’y convier nos nouveaux voisins. Nous sommes impatients de faire vivre les lieux.

Léa Chorot

[ Les éditos de MadeInLamartine sont chaque fois rédigés par des plumes différentes, ce sont des interprétations subjectives d’usagers de la Friche Lamartine. ]