MADE IN JANVIER

8 ans de Friche

8 ans après,

1 bâtiment laissé

3 nouveaux bâtiments apprivoisés

des m² égarés entre deux,

la découverte de termes techniques tels que “tournasser” et “châssis de désenfumage pneumatique”,

l’utilisation avec parcimonie de codes sectoriels comme “échanges de pair à pair” ou “fabrication de communs”,

l’apprentissage de codes plus communautaires comme “se faire poncer”, “le guaranium”, “Jean-Michel fait du zèle” et “le GDT Rococo Radieux”,

l’acceptation de missions imprévues comme déclarer le cambriolage du bureau administratif à 7 jours du lancement de notre festival, amener 250 artistes à se répartir 1500m² d’ateliers -sans se taper dessus-, devoir confiner une friche et emmener Yves-le-chat chez le vétérinaire,

un nombre conséquent de débats enflammés,

des accouchements de décisions collectives,

des désaccords, des “ce n’est pas à ton tour de parler” et des “on ne peut toujours pas modifier la règle du jeu pendant l’AG”,

beaucoup d’éclats de rire, de blagues et d’affection,

et un nombre incalculable de visages et d’expressions rencontrés.

En 8 ans à la Friche,

j’ai appris à me positionner en tant que salariée sans perdre le goût de faire à plusieurs et avec la nécessité de prendre plaisir à exercer mon métier.

J’ai tâtonné en découvrant un nombre impressionnant de manières d’appréhender la pratique artistique, la vie en collectif, la relation au travail et le sens donné à l’engagement associatif.

Ça m’a bousculée et ça m’a nourrie.

Comment part-on après 8 ans de Friche ?

Déritualiser tous les gestes, les liens tissés et les espaces parcourus pourraient prendre le même nombre d’années.

Je vais plutôt transmettre le relais à Pernette en lui souhaitant de prendre autant de plaisir que j’en ai eu.

J’embrasse toutes celles et tous ceux avec qui j’ai co-friché ces dernières années, et je salue les partenaires rencontrés durant le chemin.

Merci pour vos passions, vos engagements et votre attention !

Je trouve que globalement, on s’est quand même bien amusé et c’est tout ce que je vous souhaite pour la suite ! Avec la préservation et l’éclosion de cette nouvelle Friche démultipliée, cela va sans dire !

 

Maud Lechevallier