Clémentine Cadoret

Peintre, décoratrice, illustratrice, sculpteur de tilleul et de papier mâché :

« Dès mon arrivée à la Friche RVI, j’ai eu le sentiment d’un point de départ déterminant.
J’y découvre une autre façon de percevoir mon mode de vie, ce qui va nourrir autrement ma créativité.
Dans toutes mes activités artistiques, aussi variées soient-elles, l’être humain est le dénominateur commun, le commencement ! »

Enfant je baignais dans un univers impressionniste, mon père vouait une adoration pour Alfred Sisley. C’est probablement ainsi que j’ai développé mon goût pour la peinture figurative. Très attaché à la représentation réaliste, mon travail sur toile s’est toujours appuyé sur l’existant. Mes premières recherches s’orientent sur le nu, sa représentation académique et son inscription dans la société. Rapidement, je bascule dans  une peinture illustrative. Le porc personnifié devient mon sujet de prédilection. Grâce à lui  je joue sur la double lecture, sa candeur rose velue laisse toujours entrevoir une cruelle humanité. Puis cette série porcine va se retirer pour laisser place à la rêverie, à l’envie de représenter mon monde inconscient et mes songes. Désormais, l’autoportrait, le cauchemar, l’enfance et ses peurs sont mes principaux thèmes de recherche qui convergent tous en un même espace : l’intimité d’une réminiscence fantasmée.

En parallèle de mon métier de peintre, je m’oriente vers le spectacle vivant en tant que scénographe, décoratrice et accessoiriste. Lorsque j’arrive à Lyon en 2008, je déniche un atelier au cœur de la  friche artistique RVI. Cette usine lugubre aux allures de cour de récréation géante m’amène à côtoyer le monde des arts de la rue et de la marionnette. Et puisque c’est toujours par de jolies rencontres que d’autres mondes font surface, je découvre avec délectation l’univers du nouveau cirque, ses rendez-vous, ses artistes et ses pistes devenues plateaux sur lesquels j’officie.

De toutes ces expériences naît l’envie de créer du lien et de transmettre par mon savoir faire. C’est ainsi que je mène des interventions plastiques auprès de publics très variés. Toujours co-construits avec les porteurs de projets pour tendre vers un format « sur mesure », les ateliers sont riches d’échanges, de partages et d’imaginaires.

>> Sur le web <<